Le numérique : nouveau bien commun ?

Ce jeudi 6 avril, nous avons eu le plaisir de parler du numérique avec plusieurs professionnels lors d’un café citoyen au bar Le Gambetta (Lyon 7ème).

Le thème du numérique occupe une place importante dans notre programme, L’Avenir en Commun, avec notamment la proposition de constitutionnaliser le droit à l’accès à internet.

Si nous donnons une telle place au numérique dans la constitution, c’est qu’il occupe une place de plus en plus importante dans nos vies quotidiennes. Les démarches administratives sont de plus en plus dématérialisées. Le développement d’internet nous a permis d’enrichir et de partager plus facilement nos connaissances, ou d’organiser des événements (et même des révolutions !) de façon plus collective.

Cependant, le numérique représente aussi des dangers importants, avec l’hégémonie des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) qui étouffe les innovations collaboratives, avec la monétisation de nos données personnelles, les risques d’uberisation et de déshumanisation de la société…

Pour discuter de cette tension entre possibilités immenses pour l’humanité et risques importants, nous avons eu le plaisir de recevoir quatre intervenants professionnels. Chaque intervention, d’une dizaine de minutes, était suivie d’un moment d’échanges, l’idée étant de nous permettre de grandir ensemble, de manière conviviale, autour de ce sujet.

Ci-dessous, les thèmes des interventions et les propositions de L’Avenir en Commun :

  • Léon CROS, membre de l’ALDIL et ancien Président de Drupal France, nous a parlé des enjeux liés aux logiciels libres.
  • Frédéric LUANG-VIJA, professionnel du numérique, a discuté avec nous des risques de la déshumanisation et de certaines utilisations de la robotique ou de l’intelligence artificielle.
  • Mme Meriem BOUDOKHANE, entrepreneure, a parlé avec nous du phénomène de l’uberisation et de ses dérives.
  • Bastien RODRIGUEZ, membre du Discord Insoumis, a partagé avec nous certaines initiatives de ce collectif récent et dynamique, avec notamment la sortie du jeu Fiscal Kombat ce vendredi 7 avril.
  • Merci également à M. Didier LALONDE, informaticien, pour son expertise lors des échanges.

Nos propositions, tirées du livret Numérique du programme L’Avenir en Commun :

promouvoir le logiciel libre, qui « incarne parfaitement le modèle de société que nous défendons », notamment grâce à la commande publique.

– appliquer l’interdiction de la vente liée qui consiste à vendre un logiciel pré-installé pour tout achat de matériel, sans alternative libre et ouverte.

– réaffirmer le droit au contrôle de l’usage de ses données personnelles.

– favoriser les échanges décentralisés (auto-hébergement, peer-to-peer…).

– assurer la neutralité du net, ce qui passe par la défense de la liberté d’expression et par des investissements dans des infrastructures physiques (fibre…).

interdire le fichage généralisé.

– former des médiateurs du numérique et soutenir les associations de médiation numérique.

– redynamiser les espaces publics numériques et en faire de véritables maisons du numérique, en développant les répare-cafés, fablabs, etc.

interdire les DRM, techniques qui consistent à restreindre techniquement l’usage d’une œuvre numérique en obligeant par exemple à l’achat de nouveau matériel payant.

– mettre en place un système de répartition pour rémunérer les auteurs et créateurs, y compris pour les œuvres sous licences libres et pour financer de nouvelles productions.

– créer un service public nouveau de l’internet avec une médiathèque publique en ligne, une plateforme publique d’offre légale en ligne de musique, films et contenus culturels.

Et d’autres propositions encore, que vous pourrez trouver ici ou ici

Nous tenons à remercier tou.te.s les intervenant.e.s et toutes les personnes qui sont venues jeudi soir pour ces échanges très enrichissants et cette atmosphère conviviale.

Merci à tou.te.s !
Amitiés insoumises.

Fabien Poète

 

 

 

Réaction d’Elliott Aubin à la sortie du jeu « Fiscal Kombat » : ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *