Lettre ouverte à T. Braillard

Lettre ouverte à Thierry Braillard, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, chargé des Sports.

***

Désavoué par les Français et les françaises, après 5 ans d’une politique libérale éculée, le Président de la République a eu la sagesse d’annoncer le 1er décembre dernier qu’il ne se présenterait pas pour un nouveau mandat en 2017.

Il ne faut pas s’y tromper : ce n’est pas seulement F.Hollande mais aussi sa politique libérale, et tout son gouvernement, qui sont aujourd’hui discréditées. Son retrait ne doit pas fonctionner comme une amnistie pour l’ensemble des ministres qui l’ont soutenu. 

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez été député de la 1ère circonscription du Rhône. Vous avez été l’un des plus fidèles soutiens du Président et nommé, dès 2014 dans le gouvernement Valls.

Le journal « Le Progrès » du 2 mars 2017 annonce votre investiture à l’élection législative de 2017 sur la 1ère circonscription du Rhône.

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez voté le pacte de responsabilité : celui qui a offert sur un plateau 40 milliards d’euros, à des grandes entreprises en échanges de promesses d’embauches que des millions de personnes au chômage dans notre pays attendent toujours…

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez soutenu la loi El-Khomri, qui a dérégulé le code du travail et remis en question les avancées portées par plusieurs générations de salarié.es.

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez adopté la loi Macron visant à libéraliser notre modèle républicain, en favorisant le travail du dimanche, l’ubérisation de la société et la précarisation des emplois.

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez condamné les communes et les départements, dans lesquels les Français et les françaises se reconnaissaient, pour des métropoles et des méga-régions technocratiques, éloignées des préoccupations réelles et concrètes des citoyens.

Cette même politique de mise en concurrence des territoires, de libéralisme assumé, Monsieur le secrétaire d’État, vous la portez depuis des années au niveau local aux côtés de Gérard Collomb, en favorisant la spéculation foncière et en vidant le centre-ville des plus modestes, tout en fragilisant l’indivisibilité du territoire de la République.

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez fait le jeu de la droite et du front national en cautionnant la déchéance de nationalité et la systématisation de l’état d’urgence.

Monsieur le secrétaire d’État, vous avez bafoué le débat démocratique avec le recours au 49-3 et vous avez mis à l’écart, sans tenir compte de leurs sensibilités, des millions d’électeurs et d’électrices représenté.es par des députés frondeurs, écologistes ou front de gauche.

Dans cette guerre des égos, Monsieur le secrétaire d’État, vous êtes désormais en concurrence directe avec un banquier d’affaires, Emmanuel Macron qui reproduit avec ses représentants locaux les mêmes résultats avec les mêmes recettes, en laissant faire la loi du marché. L’histoire du renard libre dans le poulailler libre.

Avec la France Insoumise, nous allons remettre la gauche dans le sens de l’Histoire : en décrétant un droit opposable à l’emploi ; en favorisant les conditions de travail pour les métiers pénibles et les activités nocturnes ; en sortant du nucléaire, en développant l’économie de la mer avec une planification écologique ; en redonnant ses lettres de noblesse au service public, le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ; en protégeant les petites exploitations agricoles ; en offrant un emprunt à taux zéro à nos TPE-PME grâce à la création d’un pôle bancaire public ; en convoquant une assemblée constituante qui définira la reconstruction politique de nos institutions … Et tant d’autres exemples !

Monsieur le secrétaire d’État, François Hollande n’a pas eu le courage de confronter son bilan aux électeurs en renonçant à se porter candidat. Ayez le courage de suivre son exemple.

Monsieur le secrétaire d’État, ne faites pas obstacle à la recomposition de la gauche et au renouvellement de la classe politique. Soyez digne, prenez acte de l’impasse de votre quinquennat et laissez la place à une jeunesse qui construira la 6ème république, à cette gauche de combat, écologique, sociale et républicaine.

 

Elliott Aubin

Michèle Le Dily

 

Réactions :

Lyon Capitale

 

 

 

Lyon Mag

 

 

Les Potins d’Angele :

 

2 réflexions sur « Lettre ouverte à T. Braillard »

  1. ENFIN…un bilan clair des infamies de ce triste sire. S’il vous faut distribuer ce courrier à la population en tract je suis d’accord pour vous aider.. l’inversion des normes est une agression du monde du travail…RESISTANCE.

  2. Place à la jeunesse, avec le programme de la france insoumise;

    pour une société plus juste avec une nouvelle république …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *