Communiqué de presse – « Liberté Egalité Préfabriqué »

Liberté, égalité, préfabriqué :
L’école de la République mérite mieux qu’un algeco

Depuis deux rentrées scolaires, des familles lyonnaises du 7e et du 9e arrondissement ont dû s’habituer à emmener leurs enfants dans des bâtiments scolaires préfabriqués. Il en est ainsi rue Clément Marot (Gerland) ou encore au Parc Montel (Vaise). Nos courageux écoliers attendront 2019 (ou le collège !) pour disposer d’un véritable établissement.

La « macronisation » de Lyon… ou les limites de la ville d’affaires !

Pourtant ici, ni inondation, ni incendie… mais un manque d’anticipation. L’exécutif de Monsieur Collomb, qui n’a de cesse de promouvoir le « modèle lyonnais » et son attractivité, a bien pensé à construire des tours et des bureaux, ainsi que des quartiers à la densité écrasante, mais s’est montré plutôt chiche en écoles. Ce n’est pas faute d’avoir disposé de trois mandats pour anticiper la programmation des équipements publics.

Dans le 3e arrondissement, la Ville de Lyon loue aussi une classe « modulaire » à Pompidou et a installé une bibliothèque démontable à Paul-Bert. Dans le 6e arrondissement, cinq préfabriqués viennent au secours de la cité scolaire internationale. Dans le 8e arrondissement, un restaurant scolaire temporaire a été aménagé à Pasteur. Dans le 9e arrondissement, les activités périscolaires subissent le même sort à Audrey Hepburn.

Madame Brugnera, adjointe à l’éducation et soutien actif d’Emmanuel Macron, déclare : « je n’ai pas vocation à construire des écoles pour qu’elles restent vides » (Le Progrès 18.02.2017). Le contribuable pourra s’en satisfaire mais les parents d’élèves un peu moins ! Acculée par le manque de locaux, Madame Brugnera s’inquiète désormais de la décision de l’Education nationale d’abaisser le seuil maximum d’élèves en classe de maternelle (de 33 à 31), là où il y aurait lieu de se réjouir. La course au rayonnement international connaît là quelques limites. Et la Ville, bien imprudente, revend à tour de bras son patrimoine… et ferme des écoles (Levi-Strauss, 1er arrondissement).

L’école gratuite remise en question à Lyon

Au-delà des « écoles en kit », le déploiement de la réforme des rythmes scolaires s’est traduite à Lyon par une tarification des activités périscolaires là où nombre de communes ont fait le choix de maintenir le principe de gratuité. Résultat, les enfants des familles les plus modestes sont ceux qui fréquentent désormais le moins ces temps collectifs. Quand certaines familles préfèrent désormais inscrire leurs enfants dans le privé… Pire, il se murmure à l’hôtel de ville que les garderies du matin et du soir pourraient désormais être payantes à la rentrée prochaine. Donnons-nous au contraire les moyens de renforcer l’école laïque gratuite et obligatoire ! Comment fabriquer le lieu de l’émancipation, de la construction du creuset de la nation, de l’éveil des consciences … dans un préfabriqué ?

Se donner « l’Avenir en commun » comme horizon

Avec le mouvement de la France Insoumise, porté par Jean-Luc Mélenchon et plus de 250 000 signataires, nous souhaitons enrayer la fermeture de classes provoquée par les politiques libérales. Nous proposons d’abroger la loi Carle qui oblige les pouvoirs publics à financer des écoles privées. Nous souhaitons garantir la gratuité de l’école publique, y compris les activités périscolaires. Nous voulons réduire le nombre d’enfants par classe, en recrutant 60 000 enseignants sur le prochain quinquennat. Nous instaurerons une nouvelle carte scolaire, qui permettra de favoriser la mixité sociale au sein de nos établissements. Toutes nos propositions sur : avenirencommun.fr

Elliott Aubin,

Conseiller d’arrondissement et candidat de la France Insoumise aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017– 1ère circonscription du Rhône. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *