Monsieur le président… Je vous fais une lettre…

Monsieur le président,

Je vous fais une lettre,
Que vous lirez peut-être,
Si vous en avez le temps.
Je viens de recevoir mes circulaires électorales,
Pour m’en aller voter avant dimanche soir.

Monsieur le président, vous nous annoncez une « République en marche ». Je crois que votre République fait marche arrière.
Je ne parle pas là de l’affaire Ferrand, du renouvellement et de l’exemplarité que vous avez promis aux français. Je parle ici de la nomination de M. Gérard Collomb, que je me permettrai de surnommer « ministre de l’antérieur » tant vous tournez définitivement le dos à l’idée du progrès.

Monsieur le Président, vous avez nommé Gérard Collomb ministre d’Etat et « numéro 2 » de votre gouvernement,

  • Celui-là même qui est déjà Maire de Lyon depuis 2001 et élu depuis 1977.
  • Celui-là même qui est déjà Président de la Métropole du Rhône et du Grand Lyon depuis 2001.
  • Celui-là même qui est déjà Sénateur du Rhône depuis 1999.

Monsieur le Président, vous avez nommé Gérard Collomb ministre en charge des collectivités locales.

  • Celui-là-même qui a créé la Métropole de Lyon, une forme de concentration des pouvoirs à son image, à partir d’un véritable putsch avec M. Mercier, pour se partager le gâteau électoral du Rhône, sans respecter la légitimité des communes, des élus locaux et des électeurs.
  • Celui-là-même qui prône la métropolisation de la France avec sa fameuse théorie du « ruissellement des richesses », quand la France périphérique périurbaine et rurale est sacrifiée au profit des centres-villles gentrifiés, le fameux modèle lyonnais…
  • Celui-là-même qui, depuis qu’il est Maire de Lyon s’affranchit de respecter les règles les plus élémentaires de la loi Paris-Marseille-Lyon, pour retirer tout pouvoir d’action aux Maires d’arrondissements, jusqu’à en être aujourd’hui attaqué devant le tribunal administratif.

Monsieur le Président, vous avez nommé Gérard Collomb ministre des cultes.

  • Celui-là même qui participe chaque année, à la cérémonie du vœu des échevins. Cérémonie, durant laquelle il remet un écu d’or au Cardinal Barbarin pour placer la ville sous la protection divine. Alors qu’il est le Maire de Lyon et donc à la fois le représentant de tous les lyonnais et lyonnaises et le garant du principe de laïcité.
  • Celui-là même qui délivre des subventions en conseil municipal à des associations cultuelles comme sur le projet de l’IFCM, ou auprès des scouts catholiques, musulmans et israélites alors que le service laïque « jeunesse » de la ville de Lyon vient d’être supprimé.
  • Celui-là même qui organise en tant que président de la Métropole et aux frais de la collectivité, un pèlerinage au Vatican pour écouter les conseils du Pape et assister à une messe. Alors que le pot commun du contribuable devrait servir l’intérêt général.

Monsieur le Président, vous avez nommé M.Gérard Collomb ministre des libertés publiques et de la sécurité publique.

  • Celui là-même qui est capable de censurer l’expression démocratique et la tenue de débats locaux au sein des salles de la Ville de Lyon à des personnalités politiques dont il ne partage pas les discours, en utilisant des prétextes règlementaires mensongers.
  • Celui-là même qui a laissé s’installer une extrême-droite radicale dans le Vieux-Lyon, sans jamais donner suite aux alertes des réseaux associatifs et politiques mobilisés autour de cette problématique. Une situation pourrie qui dérive sur des agressions, des intimidations, des occupations et des dégradations intolérables.
  • Celui-là même, enfin qui chasse les sans-abris en ville en coupant l’eau, en pleine canicule, des fontaines publiques ou encore en fermant l’un des deux sites des bains douches de la ville, qui permettait aux familles les plus précaires un accès à l’eau et à l’hygiène. Un droit, une liberté fondamentale.

Monsieur le Président, M.Gérard Collomb est à l’image du gouvernement de « droite plurielle » que vous avez désigné. Vous allez désormais animer un « conseil des sinistres » composé de membre du Modem, des « Républicains » et d’anciens éléphants « socialistes ».

À cette République en marche arrière, nous opposons l’Avenir en commun, un programme écologique, social et républicain, à l’opposé de ce que représente votre guerre économique des uns contre les autres.

 

Monsieur le Président,
Je ne veux pas la faire,
Je ne suis pas sur Terre,
Pour exploiter des pauvres gens,

Monsieur le Président,
Ce n’est pas pour vous fâcher,
Il faut que je vous dise,
Ma décision est prise,
Je m’en vais me présenter.

 

Elliott Aubin

Candidat de la France Insoumise dans la 1ere circonscription du Rhône
Adjoint au Maire du 1er arrondissement de Lyon
Auteur de « La Colline Insoumise »

9 pensées sur “Monsieur le président… Je vous fais une lettre…”

  1. Bravo Mr. belle lettre mais la lira-t-il seulement ?? Je suis tout à fait de votre avis et vos approuve ! encore une fois un gros bravo !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *